Le Rendez-Vous des Voyageurs

Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage


Joachim Du Bellay

Accueil > Archives > par dates

mois précédent   Archives 2010-07-1- 2010-07-31   mois suivant


Rêve d’un soir et concours de circonstances, l’idée a muri en quelques semaines... Et me voilà parti à pied sur le chemin de St Jacques de Compostelle du Pays Basque jusqu’en Galice... à la pointe de ses terres où, il y’a bien longtemps, les romains contemplaient religieusement la disparition du soleil dans les eaux tumultueuses de l’océan. Un chemin où l’on croise le monde entier... Des européens certes, mais aussi des russes, des estoniens, des japonais, des coréens, des australiens, des brésiliens, des colombiens, des américains... Un chemin où on a l’impression d’être loin du monde réel. Chacun portant son sac sur son dos, serpentant des sentiers par monts et par vaux, traversant des villages perdus... Et pourtant, le monde réel est bien à côté et l’on ne s’en aperçoit pas ! Un voyage d’où on ne revient pas indifférent par la richesse des rencontres et par une forme de spiritualité qui finit par gagner le marcheur solitaire et solidaire.

 
jeudi 1er juillet 2010

Rêve d’un soir et concours de circonstances, l’idée a muri en quelques semaines... Et me voilà parti à pied sur le chemin de St Jacques de Compostelle du Pays Basque jusqu’en Galice... à la pointe de ses terres où, il y’a bien longtemps, les romains contemplaient religieusement la disparition du soleil dans les eaux tumultueuses de l’océan. Un chemin où l’on croise le monde entier... Des européens certes, mais aussi des russes, des estoniens, des japonais, des coréens, des australiens, des brésiliens, des colombiens, des américains... Un chemin où on a l’impression d’être loin du monde réel. Chacun portant son sac sur son dos, serpentant des sentiers par monts et par vaux, traversant des villages perdus... Et pourtant, le monde réel est bien à côté et l’on ne s’en aperçoit pas ! Un voyage d’où on ne revient pas indifférent par la richesse des rencontres et par une forme de spiritualité qui finit par gagner le marcheur solitaire et solidaire.

 
mardi 6 juillet 2010

4 semaines, 20 heures d’avion, 67 heures de bus, 220 km de marche et 20 heures de train : c’est le temps de notre voyage pour découvrir une partie du Jammu Cachemire et du Rajasthan au nord de l’Inde à l’été 2009. Cette traversée du Ladakh et Zanskar aux paysages arides de haute altitude au cours d’un trek de 17 jours avec notre groupe, ponctuée de haltes rafraichissantes et ressourçantes dans les gompas et de rencontres dans des villages perdus d’un autre âge, nous a conduit à l’exceptionnel monastère troglodyte de Phuktal perché à plus 4000 m. Le contraste fut saisissant avec les quelques jours passés ensuite au Rajasthan. Là, les villes de Delhi, Jaïpur et Udaïpur nous ont offert toute leur richesse architecturale et spirituelle dans la foule bruyante et colorée de l’inde d’aujourd’hui.

 
jeudi 8 juillet 2010


Abonnement RSS Suivre la vie du site - Abonnement Newsletter - Agora - Information site - Programme trimestriel